Est ce que le système de la localisation mobile avancée (AML) n’est pas encore activé au sein de la Central des Secours d’Urgence (CSU)?

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Madame la Ministre de l’Intérieur au sujet de la localisation mobile avancée (AML).

Selon un article paru au journal « Paperjam » en septembre 2019, le Code européen des communications obligerait les États de mettre en place la localisation mobile avancée (AML en anglais) avant fin 2020. Ce système prévoirait que la connexion wifi et les services de localisation du téléphone s’activent automatiquement lors d’un appel au 112, lequel recevrait un SMS contenant l’emplacement de l’appelant.

Selon les affirmations du porte-parole du CGDIS dans le même article, le système serait techniquement prêt à être implanté au sein du Central des Secours d’Urgences (112) du CGDIS, en attente des obstacles juridiques et administratifs à surmonter.

Selon mes informations, ce système n’est pas encore activé à l’heure actuelle au sein de la Central des Secours d’Urgence (CSU).

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre :

  • Madame la Ministre peut-elle confirmer que ce système n’est pas encore activé au sein du CSU ?
  • Si tel est le cas, quelles sont les raisons qui empêchent l’activation de système ?
  • Si tel est le cas, dans quel délai, afin de respecter les délais légaux, Madame la Ministre envisage-t-elle l’activation dudit système ?

Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

 

Léon Gloden

Député

Stëmmt et datt fräiwëlleg Vertrieder vum CGDIS keen automatescht Recht op extraordinaire Congé hunn, wann se an der Nuecht virdru Permanence an hirem jeeweilege CIS haten an aus dem Grond vill Fraen a Männer den Dag no der Permanence iwwermidd op d’Aarbecht goen mussen ?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro zum CGDIS un d’Madamm Inneministesch wieder ze leeden.

Laut mengen Informatiounen hunn déi fräiwëlleg Vertrieder vum CGDIS keen automatescht Recht op extraordinaire Congé, wann se an der Nuecht virdru Permanence an hirem jeeweilege CIS haten. Aus dem Grond géinge vill Fraen a Männer den Dag no der Permanence iwwermidd op d’Aarbecht goen, et sief dann si huele sech hiere legale Congé. Dat kann zu enger Rei Problemer féieren.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un d’Madamm Ministesch stellen:

  • Kann d’Madamm Ministesch meng Informatioune confirméieren?
  • Wann jo, wéi gedenkt si op dës Situatioun ze reagéieren? Si gesetzlech Upassunge geplangt?
  • Wann jo, mengt d’Madamm Ministesch, et wär nach zäitgemäss dass dës fräiwelleg Leit sech mussen hiere legale Congé huelen fir no engem laangen Asaatz am Sënn vun der Sécherheet vun de Leit kënnen ze récupéréieren ?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

 

Françoise Hetto-Gaasch

Deputéiert

Faillite vun der Firma Biocardel, wat huet den Staat recuperéiert?

Monsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre de l’Economie.

En 2007, le Ministre de l’Économie et du Commerce extérieur de l’époque avait signé une convention avec la société Biocardel Luxembourg S.A. portant sur le financement et la mise à disposition d’un terrain industriel en vue de l’implantation d’une usine de production de biocarburants dans la zone industrielle du Wolser, entre Bettembourg et Dudelange.

Il était prévu que l’usine serait capable de produire environ 20 millions de litres de biocarburants par an. La société avait, en effet, bâti une usine sur le site, sans pour autant payer les entreprises ayant réalisé le projet.

L’on se doit de constater qu’après une subvention en capital de 240.000 euros de la part du ministère de l’économie sur la base des investissements déjà réalisés, la convention a été rompue en 2013. En avril 2018, la faillite de Biocardel Luxembourg S.A. fut clôturée.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Economie :

  • Monsieur le Ministre peut-il confirmer ces informations ?
  • Dans l’affirmative, l’Etat a-t-il récupéré la subvention susmentionnée à l’occasion de la faillite ?
  • Est-ce que le terrain ainsi que l’usine sont encore la propriété de l’Etat luxembourgeois ?
  • Dans l’affirmative, quelle en est l’affectation actuelle ?
  • Dans la négative, quel en a été le prix de vente ?

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

 

Léon Gloden

Député

Stëmmt et dass säit d’Diskussiounen iwwer d’Legaliséierung vum Cannabis lafen de Konsum bei deene méi Jonken tëscht 13 a 15 Joer vu 4-6% op elo 14% geklommen ass?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, biede mir Iech, dës parlamentaresch Fro un d‘Madamm Gesondheetsminister, d’Madamm Justizminister an den Här Educatiounsminister weider ze leeden.

Zur Geleeënheet vun der Aweiung vum 3. Impuls-Haus vun der asbl. Solidarité Jeunes zu Esch fir jonk Drogesüchteger, hunn déi Responsabel doriwwer informéiert datt si festgestallt hunn datt säit d’Diskussiounen iwwer d’Legaliséierung vum Cannabis lafen de Konsum bei deene méi Jonken tëscht 13 a 15 Joer vu 4-6% op elo 14% geklommen ass.

An dësem Kontext géife mir gäre folgend Froen un d’Regierung stellen:

  • Kann d’Regierung dës Zuele confirméieren?
  • Ginn et aktuell Police-Statistiken zum allgemenge Cannabis-Konsum?
  • Wéi eng konkret Preventiounsmesurë sinn am Moment en Place, wëssend datt eleng d’Annonce vun enger Legaliséierung jo esou eng Hausse vum Konsum bewierkt?
  • Hält d’Regierung un der geplangter Legaliséierung vum Cannabis fest a wa jo, wéi wäit sinn d’Aarbechte fir d’Legaliséierung fortgeschratt?
  • Wéi eng Institutiounen an Ulafstellen déi am Beräich vun der Drogepreventioun an dem Encadrement vun Toxikomane schaffen, sinn an d’Aarbechten um Legaliséierungsgesetz agebonnen oder ëm Avis gefrot ginn?

Här President, mir bieden Iech eisen déifste Respekt unzehuelen.

 

Claude Wiseler                                        Françoise Hetto-Gaasch

Deputéierten                                           Deputéiert

Wéi eng Uebstzorte ginn am meeschten an d’Schoule geliwwert a gëtt et vill Gaspillage alimentaire beim Schouluebst ?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, biede mir Iech, dësparlamentaresch Fro iwwer d‘Schouluebst un den Här Landwirtschaftsminister an den Här Educatiounsminister weider ze leeden.

Wéi eng Uebstzorte ginn am meeschten an d’Schoule geliwwert?
Wéi eng Uebstzorte ginn am meeschte giess a wéi eng am mannsten?
Gëtt et vill Gaspillage alimentaire beim Schouluebst ?
Wa jo, wéi eng Uebstzorte sinn am meeschte betraff?
Ass et méiglech dAusschreiwung fir d’Schouluebst esou ze formuléieren dattoch méi kleng lokal Produzente kënne matmaachen?

Här President, mir bieden Iech eisen déifste Respekt unzehuelen.

Françoise Hetto-Gaasch​​​​         Martine Hansen

Deputéiert​​​​​​                                  Deputéiert

Firwat schéckt d’Steierverwaltung de Steierbulletin net per ageschriwwene Bréif?

Monsieur le Président,
Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Finances.

Depuis des années déjà, l’Administration des contributions directes (ACD) envoie les bulletins d’imposition par simple pli fermé à la poste, malgré le fait que la loi générale des impôts (Abgabenordnung) prévoit la possibilité d’un envoi recommandé qui lui permettrait d’ailleurs, via le système « track and trace » de pouvoir retracer l’envoi et savoir si le courrier est arrivé à bon port.
Or, cela ne paraît pas déranger l’ACD outre mesure. Sans surprise d’ailleurs. Via le jeu de la présomption légale inscrite à l’article 3 du règlement grand-ducal modifié du 24 octobre 1978 concernant la notification des bulletins en matière d’impôts directs, la notification par simple lettre est présumée accomplie le troisième jour ouvrable suivant la remise de l’envoi à la poste. Peu importe donc si l’envoi a effectivement été remis au destinataire.
Ce règlement opère donc un renversement de la charge de la preuve en défaveur du contribuable, lequel doit prouver qu’il résulte des circonstances de l’espèce que l’envoi ne l’a pas atteint dans le délai prévu.
Les conséquences pour le contribuable n’ayant pas été touché par l’envoi sont non négligeables:
Trois jours après l’envoi court le délai de paiement d’un mois de la dette d’impôt,
Le non-paiement de la dette à son échéance entraîne de son côté des intérêts de retard,
L’obtention d’un délai de paiement est subordonnée à la présentation d’une demande dûment motivée endéans le mois précité, etc.
Dans ce contexte j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :
Sachant que les envois postaux n’arrivent pas toujours à bon port et que dans tous les cas, les courriers postaux ne sont pas tous remis endéans le délai légal de trois jours, Monsieur le Ministre ne considère-t-il pas qu’il faille exclure l’envoi d’un bulletin d’imposition par lettre simple ?
Monsieur le Ministre est-il disposé à revoir les dispositions légales et réglementaires en ce sens ?
A défaut, quelles en sont les raisons ?

Monsieur le Ministre ne considère-t-il pas qu’il faille digitaliser le processus d’instruction des déclarations d’impôt afin de permettre au contribuable de connaître le statut de son dossier (réception de la déclaration d’impôt, instruction en cours, en attente de pièces justificatives, instruction clôturée, bulletin envoyé etc.) et de lui permettre de faire valoir ces droits ?
Je vous prie de bien vouloir croire, Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden
Député

Wéi vill Demanden ginn et vir Bai der Police vun enger Karriär C1 an eng méi héich ze wiesselen ? Wéi eng Konditiounen mussen dës Persounen erfëllen ?

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une série de questions à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure et au Monsieur le Ministre de la Fonction publique au sujet de la carrière de la Police grand-ducale.

En ce qui concerne le recrutement auprès de la Police grand-ducale, il existe, selon mes informations, une incohérence persistante au niveau du reclassement.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de la Sécurité intérieure et au Ministre de la Fonction publique :

  • Monsieur les Ministres peuvent-il me dire quel est, depuis l’entrée en vigueur de la loi du 25 mars 2015 fixant le régime des traitements et les conditions et modalité d’avancement des fonctionnaires d’Etat, le nombre actuel de demandes de reclassement de la carrière C1 vers une catégorie de traitement supérieure ?
  • Sur quelle base légale ces reclassements ont été effectués ?
  • La fonction dispose-t-elle d’un « simulateur de carrière », moyen technique permettant de calculer l’évolution de la carrière pour les policiers ? Dans l’affirmative, ce moyen est-il disponible pour tous les fonctionnaires ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Léon Gloden

Député

Welch Méiglechkeeten hunn Verainer fir Evenementer ze organiséieren am Respekt vun allen noutwendegen a gültege sanitäre Mesuren?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dësparlamentaresch Fro un d’Madamm Inneminister, d’Madamm Gesondheetsminister, d’Madamm Kulturminister an den Här Sportminister weider ze leeden

Momentan ginn d’Gemenge vun de benevolle Responsabele vun de Veräinerkontaktéiert fir ze froe wat fir eng Méiglechkeeten si hunn fir, am Respekt vun allen noutwendegengültege sanitäre Mesuren, e puer Evenementer ze organiséieren déihinnen hëllefe fir och weiderhin hir Aktivitéite fir déi sëllege Kanner, Jonker an Erwuessener kënnen ze garantéieren.

Effektiv ass et esou datt den aktuellen Text vum Gesetz iwwer d’Mesuren am Kampf géint de COVID-19 net op all Froen eng Äntwert liwwert an et awer wichteg wier dattall Gemengeresponsabel déi selwecht Informatiounen an déi selwecht Richtlinnen firhir Veräiner hätten.

Aus dësem Grond géif ech gäre folgend Froen un d‘Regierung stellen:

Dierf an de Buvettë vun de Sportinfrastrukturen Iessen an Drénken zerwéiertginn, wann d’Leit et am Setze consomméieren?
Dierf an enger Sportshal oder an engem Centre culturel en Owend bei dem Iessen zerwéiert gëtt, organiséiert gi wann net méi wéi 10 Leit un engem Dëschsetzen? Wann nee, dierfen Take out Iessen organiséiert ginn?
Wat ass konkret ze verstoen ënner engem „lieu de restauration occasionnelleesou wéi et am Artikel 2 vum Gesetz virgesinn ass?
Mussen d’Gemengen dofir suergen datt tëscht all Aktivitéit vu verschiddeneVeräiner Vestiairen an Dusche musse gebotzt ginn, wëssend datt den Timing tëscht den eenzelen Traininge vu Veräiner meeschtens ganz enk ass an dat e grousse finanziellen Opwand fir d’Gemengen ass?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

Françoise Hetto-Gaasch​​​​

​​Deputéiert            ​​​​​

Wéi vill Kanner hunn, am Kader vun der Summer School 2020, un den Appuiskueren deelgeholl? Fir déi Kanner déi schoulesch Retarden opweisen, accordéiert d’Regierung zousätzlecht Personal vir zousätzlech Appuiskueren ze organiséieren?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, biede mir Iech, dës parlamentaresch Fro un den Här Minister fir Educatioun, Kanner a Jugend weiderzeleeden.

Um Enn vun der grousser Vakanz hunn dëst Joer op Grond vun der Corona Pandemie net nëmmen Appuiskueren vir d’Schüler aus dem Enseignement Secondaire statt fonnt mee och  vir déi aus dem Fondamental. D’Summer School 2020 soll déi Schüler ënnerstëtzen déi schoulesch Retarden opweisen an hinnen erméiglechen dat nozehuelen, dat se duerch de Confinement an der Schoul verpasst hunn.

Aus dëse Grënn wëlle mir folgend Froen un d‘Regierung stellen:

  • Am Kader vun der Summer School 2020, wéi vill Kanner ware vun den Enseignant’en proposéiert ginn sech an dës Appuiskueren anzeschreiwen?
  • Wéi vill Prozent vun den proposéierten Kanner hunn tatsächlech un den Appuiskueren deelgeholl?
  • Wéi vill Kanner hunn am ganzen un den Appuiskueren deelgeholl?
  • Fir déi Kanner déi schoulesch Retarden opweisen, accordéiert d’Regierung zousätzlecht Personal vir zousätzlech Appuiskueren ze organiséieren?
  • Wann net, wéi sollen dës Retarden opgeschafft ginn?

Här President, mir bieden Iech eisen déifste Respekt unzehuelen.

 

Martine Hansen                                                         Françoise Hetto

Deputéiert

Ass den Här Finanzminister der Meenung datt d’Kontrolle vun der Douane ouni legal Grondlag duerchgefouert goufen ?

Monsieur le Président,

 

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre des Finances au sujet des contrôles douaniers à la frontière germano-luxembourgeoise.

 

Hier, la Douanesgewerkschaft est revenue sur les contrôles douaniers effectués par ses agents sur instigation du gouvernement entre le 20 mars et le 15 mai 2020 à plusieurs postes frontières. Il a présenté à cet effet un avis juridique qui conclut à l’illégalité de ces contrôles. Il note e.a. que les douaniers luxembourgeois avaient à un certain moment obtenu l’ordre d’appliquer à la lettre les consignes d’un « Einsatzbefehl » de la Bundespolizei sur le territoire luxembourgeois. Après avoir passé en revue une panoplie de conventions internationales, de textes légaux et réglementaires luxembourgeois et notamment ceux cités par Monsieur le Ministre des Finances, l’avocat à la Cour signataire de l’avis en vient à la conclusion que « aucune des dispositions légales citées [par le ministre] ne trouvent vocation à s’appliquer aux contrôles douaniers effectués à Dasbourg et Vianden, de sorte qu’ils ont été effectués en défaut de base légale. »

 

Au vu de ce qui précède et en renvoyant à mon analyse présentée en commission le 29 mai 2020, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre :

 

  • Monsieur le Ministre ne considère-t-il pas finalement que les contrôles douaniers précités ont été effectués sans fondement légal ?
  • Monsieur le Ministre ne considère-t-il pas qu’il faille légiférer en la matière pour éviter que les agents de l’Administration des Douanes et Accises soient amenés à effectuer des contrôles dans l’illégalité ?
  • Quelles autres conclusions Monsieur le Ministre a-t-il tirées de cet épisode peu louable ?

 

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

 

Léon Gloden

Député