Et ass an der Vergaangenheet widderhuelt zu Manipulatiounen vun den elektronesche Foussfesselen bäi Prisonéier komm. Wéi kënne sou Manipulatiounen verhënnert ginn?

Här President,

Esou wéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech lech, dës parlamentaresch Fro un d’Madamm Minister fir Justiz weiderzeleeden.

An engem „Land“-Artikel vu leschter Woch heescht et am Kontext vu haislecher Gewalt:

„Die Justiz hatte (…) geprüft, ob Inhaftierte durch den verstärkten Einsatz elektronischer Fußfesseln während des Covid-19 Lockdown hätten nach Hause geschickt werden können. Man habe davon abgesehen, so Martine Solovieff, „weil das Sicherheitsrisiko für unsere Beamten“ zu groß schien. In der Vergangenheit sei es wiederholt zu Manipulationen gekommen, so dass Beamte die Fesseln vor Ort und an der Person überprüfen mussten; in Corona-Zeiten keine gute Situation.“

Opgrond vun dësen Ausféierungen wéilt ech folgend Froen un den d’Madamm Minister stellen:

  • Wéi vill Persounen droen aktuell eng elektronesch Foussfessel?

 

  • Wéi vill vun deene Persounen koumen op Uerder vum Untersuchungsriichter an de Genoss vun där Moossnam?

 

  • Wéi vill Persounen profitéieren vun där Moossnam an der Approche «front door» respektiv «back door»? Fir wéi eng Infraktiounen a wéi ee Strofmooss gouf dës Moossnam applizéiert?

 

  • Wéi vill vun deene Persounen goufe wéinst haislecher Gewalt verurteelt? Firwat sollt dësen Dispositif an der Kris verstäerkt a Fäll vun haislecher Gewalt zum Asaz kommen?

 

  • Wéi oft ass dës Moossnam an de leschte 5 Joer revidéiert ginn? Wéi oft gouf se nach virun enger Condamnatioun revidéiert? Wéi oft gouf se revidéiert, nodeem se direkt agesat gouf aplaz vu festem Prisong? Wéi oft gouf se revidéiert, nodeem se als sozial Reintegratiounsmoossnam agesat gouf?

 

  • Wéi ee Bilan zitt d’Madamm Minister aus der „Legalisatioun“ vun der elektronescher Iwwerwaachung duerch déi elektronesch Foussfessel?

 

  • Wann d’Madamm Procureure générale d’Etat seet, et wier an der Vergaangenheet widderhuelt zu Manipulatiounen vun deene Bracelet komm, wéi vill där Fäll gouf et an der rezenter Vergaangenheet?

 

  • Wéi kann een sech dës Manipulatioune konkret virstellen?

 

  • Wéi eng Konklusiounen zitt d’Madamm Minister aus dësen Ëmstänn?

 

  • Wéi kënne sou Manipulatiounen verhënnert ginn?

 

  • Wéi eng Evolutiounen gëtt et bäi der Entwécklung vun neien Typpen vu „Foussfessel“ respektiv Iwwerwaachungsdispositifen? Envisagéieren déi zoustänneg Servicer nei Hard- a Softwaren anzekafen?

Mat déiwem Respekt,

Leon Gloden

Verschidde Froen betreffend de Vëloswee vun Stadbriedemes op d’Hëttermillen

Monsieur le Président,

Je voudrais poser la question parlementaire suivante, conformément à l’article 83 du règlement de la Chambre, à Monsieur le Ministre de la Mobilité et des Travaux publics :

L’utilisation et l’aménagement de la piste ou voie cyclable sur la Route du Vin N10 entre le lieu-dit « Hëttermillen » et Bech-Kleinmacher suscite régulièrement et depuis longtemps de nombreux commentaires et questions. Des interventions d’instances publiques autant que de personnes privées étant restées sans résultat, les problèmes soulevés prennent désormais une certaine envergure.

D’où mes questions :

  1. En ce qui concerne le tronçon entre Stadtbredimus et Hëttermillen:

Il ne comporte qu’une seule ouverture sur toute la longueur de 4 km de la piste cyclable. Les services de l’administration compétente n’accordent aucune dérogation pour rajouter l’une ou l’autre ouverture supplémentaire dans les glissières, apparemment pour des raisons de sécurité. Voilà qui soulève les questions suivantes :

  • Pourquoi n’y a-t-il pas de possibilité pour des ouvertures supplémentaires dans les glissières ?
  • Est-ce qu’il est correct que des raisons sécuritaires seraient invoquées à cet effet ?
  • En ne pouvant quitter la voie cyclable p.ex. en cas de danger, en cas de malaise, mais encore pour s’acheminer sur d’autres routes, Monsieur le Ministre n’estime-t-il pas que, bien au contraire, cela représente bien plus un risque pour la sécurité ?
  1. D’autant que cela incite de nombreux cyclistes à ne pas emprunter cette piste, mais de rouler sur la chaussée de la N10.

Monsieur le Ministre est-il conscient qu’il n’y ait pas de trottoir à hauteur des maisons du lieu-dit Hëttermillen longeant immédiatement la N10, et que les piétons doivent marcher sur la chaussée de la N10, parce qu’il leur est impossible d’entrer autrement sur la piste (où la circulation des piétons est autorisée)?

  • Est-ce que Monsieur le Ministre approuve cette situation ?
  • Est-ce qu’il estime cette situation appropriée et sûre pour des familles avec poussette pour bébés, des chaises roulantes ou pour des gens âgés marchant à l’aide de cannes ou déambulateur

Considérant d’autre part que traverser la N10 à la Hëttermillen n’est pas facile non plus pour les riverains en l’absence d’un passage clouté, est-ce qu’il est correct qu’un tel aménagement relèverait des autorités communales compétentes ?

  • Est-ce qu’il est correct d’autre part qu’un passage pour piétons sur la N10 ne pourrait y être aménagé que si des feux rouges seraient parallèlement mis en place à cet endroit ? Si oui, pour quelles raisons ? A titre d’information, il s’agit d’un endroit où la vitesse des automobilistes est limitée à 70 km/h, et des situations similaires avec passages pour piétons existent.

Au niveau de la bifurcation de la N10 et du CR146 entre Stadtbredimus vers Greiveldange, aucune ouverture ne se trouve dans la glissière de la piste, qui permettrait aux cyclistes de quitter la piste cyclable pour s’engager sur le chemin repris en question – ou l’inverse. Il en résulte que les cyclistes roulent sur la N10, dans l’impossibilité de pouvoir s’engager sur la piste cyclable. Or à cet endroit, la piste cyclable est obligatoire pour les vélos. Il est néanmoins impossible de l’emprunter dans les circonstances décrites ci-avant.

  • Monsieur le Ministre est-il d’avis que cette situation de rouler en illégalité est tolérable ?
  • Le statut de piste ou voie cyclable obligatoire serait-il la raison pour laquelle aucune ouverture supplémentaire dans les glissières serait possible ?
  • Si oui, Monsieur le Ministre n’opine-t-il pas qu’il faudrait amender la réglementation afférente ?
  • Ou est-ce que Monsieur le Ministre serait d’avis que les situations pré-décrites soient tolérables ?
  1. Concernant le tronçon de la N10 entre Stadtbredimus et Remich :

Force est de constater que les ouvertures dans les glissières sont très nombreuses à ce niveau, une dizaine d’ouvertures se trouvant dans les glissières de ce tronçon de seulement 2 km – et où par ailleurs un trottoir longe la N10.

  • Pour quelles raisons y a-t-il ici autant d’ouvertures, alors que sur une distance longue de 4 km (cf. sub I.), il n’y en ait qu’une seule ?
  • Considérant que cette piste n’est pas une piste cyclable obligatoire, est-ce que cela en serait la raison ?
  • Si oui, pourquoi la piste n’est-elle pas obligatoire ici, tandis qu’elle l’est sur le tracé entre Stadtbredimus et Hëttermillen ? Quelles sont les raisons de cette différence ? Est-ce que Monsieur le Ministre les approuve ?
  1. Certaines signalisations peuvent risquer d’induire en erreur les cyclistes, en juxtaposant par exemple des interdictions pour vélos avec des signalisations de voie cyclable obligatoire, par exemple à hauteur de Bech-Kleinmacher. Est-ce qu’il conviendrait de revoir la cohérence des panneaux des signalisations respectivement de leur emplacement ?
  1. Monsieur le Ministre serait-il opposé à ce que des ouvertures soient aménagées par endroits dans les glissières pour des raisons d’ordre touristique ou d’œnotourisme?

Veuillez croire, Monsieur le Président, aux assurances de ma haute considération.

 

Octavie Modert

Députée

 

 

 

War d’Regierung am Virfeld informéiert ginn dass D‘CHAFEA (European Commission’s Consumers, Health, Agriculture and Food Executive Agency) op Bréissel plënnert?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro un den Här Ausseminister weider ze leeden.

D‘CHAFEA (European Commission’s Consumers, Health, Agriculture and Food Executive Agency), eng europäesch Institutioun mat Sëtz op der Cloche d’Or, huet ugekënnegt datt Ufank 2021 hir ronn 80 Employéë sollen op Bréissel plënnere fir do an der nei geschaafter „European Innovation Agency“ integréiert ze ginn.

Déi Mataarbechter vun der CHAFEA déi net wëlle mat op Bréissel wiessele solle gehollef kréien eng aner Platz zu Lëtzebuerg ze fannen oder vum Chômage profitéiere kënnen.

An de leschte Joren huet Lëtzebuerg gestruewelt fir europäesch Institutiounen am Land ze halen, well d’EU Mataarbechter dat selwecht verdénge wéi zu Bréissel, d’Liewenskäschten awer 10,5% méi héich sinn. Den Ausseminister huet sech d’lescht Joer dowéinst agesat fir d’EU-Employéeën an huet ugekënnegt datt d’Regierung géif dru schaffe fir hinne besser Liewens- an Aarbechtskonditiounen ze bidde fir datt de Grand-Duché weiderhi géif attraktiv bleiwe fir europäesch Institutiounen.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un d’Regierung stellen:

  1. War d’Regierung am Virfeld iwwer d’Decisioun vun der Chafea informéiert ginn? Wa jo, waren Alternativen ugebuede ginn, fir datt dës Institutioun eventuell géif zu Lëtzebuerg bleiwen oder datt déi nei European Innovation Agency géif zu Lëtzebuerg ugesidelt ginn?
  2. Ass d’Regierung elo dru bedeelegt fir den Employéë vun der Chefea déi wëllen zu Lëtzebuerg bleiwen, nei Posten ze sichen?
  3. Wat ass bis elo konkret ënnerholl gi fir datt de Grand-Duché och an Zukunft soll attraktiv bleiwe fir europäesch Institutiounen?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

 

Léon Gloden

Deputéierten

Funktionéiert de Bewässerungssystem um Tram-Tracé momentan net oder aus wéi enge Grënn ass de Gréngsträife plazeweis verdréchent?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro iwwer den ëffentlechen Transport un den Här Minister fir Mobilitéit an ëffentlech Aarbechte weider ze leeden.

Et kann ee feststellen datt op verschiddenen Deeler vum Tram-Tracé, notamment um Lampertsbierg, de Gréngsträifen an deem d’Gleiser leien, komplett verdréchent ass, dat obwuel e Bewässerungssystem verbaut ass, wéi den Här Minister 2017 a senger Äntwert op eng Fro erkläert hat. Deemools war och gesot ginn, d’Bewässerung géif tëscht Abrëll an August lafen.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un den Här Minister fir Mobilitéit an ëffentlech Aarbechte stellen:

  • Funktionéiert de Bewässerungssystem um Tram-Tracé momentan net oder aus wéi enge Grënn ass de Gréngsträife plazeweis verdréchent?
  • Ass scho gewosst op de Gréngsträifen op de betraffene Plaze muss ersat ginn? Wa jo, wéi vill kascht dat?
  • Wéi vill huet de Bewässerungssystem um ganzen Tracé kascht ?

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

Françoise Hetto-Gaasch

Deputéiert

Dierfen och d’Veterinäre rëm vum 4. Mee un normal schaffen?

Här President,

Esou ewéi den Artikel 83 vum Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro un d’Madamm Gesondheetsminister weider ze leeden.

D’Regierung huet gëschter annoncéiert datt vum 4. Mee un déi medezinesch Aktivitéite rëm méi breet sollen opgemaach ginn an datt och all preventiv Ënnersichungen, Impfungen etc. rëm normal sollen duerchgeféiert ginn. Dëst gëllt fir all Kategorië vun Dokteren esouwuel am Secteur hospitalier wéi extrahospitalier, grad esou wéi fir verschidde liberal Santésberuffer.

An dësem Kontext géif ech gäre folgend Froen un d‘Regierung stellen:

  • Dierfen och d’Veterinäre rëm vum 4. Mee un normal schaffen?
  • Wann nee, virwat?

 

Här President, ech bieden Iech mäin déifste Respekt unzehuelen.

 

Françoise Hetto-Gaasch

Deputéiert

 

 

 

 

 

Kann d’Regierung eis Detailer zu der Nominatioun vun der neier Direktesch vun der “Bibliothèque nationale du Luxembourg” ginn ?

Monsieur le Président,

Nous avons l’honneur de vous informer que conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaiterions poser une question parlementaire à Madame le Ministre de la Culture au sujet de la nomination de la nouvelle directrice à la tête de la Bibliothèque nationale du Luxembourg (BnL).

En octobre 2019, le gouvernement décide de lancer la procédure de recrutement d’un nouveau directeur pour la BnL, les personnes intéressées étant invitées à soumettre leur dossier de candidature pour le 4 novembre 2019.

Or, faute de candidats « capables » suivant ce premier tour de recrutement, la procédure est renouvelée fin janvier 2020. Quelque 3 mois plus tard, le ministère de la Culture fait savoir via communiqué que :

« Dans sa séance du 24 avril 2020, le Conseil de gouvernement a décidé de proposer à S.A.R. le Grand-Duc la nomination de Joanne Goebbels comme directrice de la Bibliothèque nationale du Luxembourg à partir du 3 juillet 2020. »

C’est ainsi que nous aimerions poser les questions suivantes à Madame le Ministre :

  • Madame le Ministre peut-elle nous détailler la procédure de recrutement (documentation à fournir, auditions des candidats en question, personnes impliquées / intervenues dans la procédure de recrutement, composition d’un éventuel jury etc.) ? Madame le Ministre peut-elle confirmer que les personnes ayant posé leur candidature ont été invitées à mettre sur papier leur vision de la BnL ? Dans l’affirmative, Madame le Ministre peut-elle mettre à disposition des députés ces « papers », le cas échéant, sous forme « anonymisée » ?
  • Madame le Ministre peut-elle nous rappeler les missions, compétences et atouts auxquels les candidats étaient censés satisfaire ? Le profil recherché a-t-il évolué depuis le premier tour de recrutement ?
  • Combien de personnes ont participé au deuxième tour du recrutement ?
  • Combien de ces personnes avaient déjà soumis un dossier lors du premier tour ?
  • Est-ce que les candidats ont tous répondu au profil recherché (compétences et atouts) lors du second tour de recrutement ? A défaut, combien de candidatures n’ont pas satisfait auxdites exigences ?
  • La personne finalement retenue avait-elle également participé au premier tour ? Dans l’affirmative, en quoi ces compétences et atouts ont-ils évolué depuis novembre 2019 ?
  • Parmi les candidats les plus aptes au poste de directeur de la BnL, quels ont été les éléments qui ont fait basculer la balance en faveur de la personne finalement retenue ?

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

Laurent Mosar

Député

Octavie Modert

Députée

Sammelt Lëtzebuerg keng Daten vun jonken net begleeten Immigranten?

Monsieur le Président,

 

Conformément à l’article 83 du Règlement de la Chambre des Députés, je voudrais adresser une série de questions à Madame la Ministre de la Famille et à Monsieur le Ministre de l’Immigration et de l’Asile.

Dans le rapport « Missing Unaccompanied Minors » du European Migration Network est question des différentes approches et manières dont les Etats Membres traient les cas de mineurs migrants non-accompagnés portés disparus. Ce rapport a été élaboré en étroite collaboration avec des organisations internationales (UNHCR, UNICEF, FRONTEX, Missing Children Europe etc. pour ne nommer que celles-ci). Les raisons des disparitions pouvant être multiples (décisions personnelles, victimes de la traite, mendicité forcée et trafic de drogues), il s‘agit surtout d’encourager les Etats Membres à collaborer, à échanger des dates et de mettre en place des procédures pour retrouver ces jeunes migrants non-accompagnés portés disparus. Il ressort également de ce protocole que le Luxembourg ne collecte pas de dates relatives aux jeunes migrants non-accompagnés, ni la police ni la direction de l‘immigration.

Au vu de ce qui précède, je souhaiterais poser les questions suivantes aux Ministres concernés :

  • Peuvent-ils confirmer que le Luxembourg ne collecte pas les dates relatives aux jeunes migrants non-accompagnés portés disparus, comme l’indique le rapport à cause d‘ un „lack of registration“ et  „ no national need for the data“ ?
  • Dans l´affirmative, comment les ministres expliquent-ils que le nombre de jeunes migrants non-accompagnés disparus est passé de 30 en 2017, à 32 en 2018, pour arriver à 53 en 2019 ?
  • Quelles en sont les raisons et comment les ministres entendent-ils y remédier ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Francoise Hetto

Députée

Wéi enge Krittären leien d’lëtzebuergesch Restriktiounen vir kleng Butteker zu Gronn? Ass d’Unzéiungskraaft vu grousse Shoppingzenteren net genee sou grouss, wéi d’Opmaache vu Butteker am urbane Raum? Ass d’Regierung net der Meenung, dass dës Reegelung dem Gläichheetsprinzip zuwiderleeft?

Här Präsident,

Esou wéi den Artikel 84 vun eisem Reglement dat virgesäit, wéilte mir eng dringend parlamentaresch Fro un den Här Staatsminister, d’Madamm Minister fir Gesondheet, den Här Minister fir Wirtschaft, den Här Minister fir de Mëttelstand stellen.

Rezent huet déi däitsch Regierung decidéiert, d’Ouverture vu Geschäfter bis 800m2 nees ze autoriséieren.

Géint dës Reegelung huet kierzlech de Bedreiwer vun engem Sportartikelgeschäft geklot an dëse krut an éischter Instanz  och Recht. D’Hamburger Verwaltungsgeriicht huet déi Reegelung geschter nämlech gekippt.

Och d’Verwaltungsgeriicht Sigmaringen a Baden-Württemberg huet d’Reegelung fir méi grouss Geschäfter autoriséiert, ënnert der Bedingung, dass déi Geschäfter hir Verkafsfläch op 800m2 reduzéieren.

Am Urteel vum Hamburger Verwaltungsgeriicht heescht et e.a. anerem, dass:

  • d’Gréisst vum Geschäft kee Krittär ass fir d’Unzéiungskraaft fir d’Leit festzestellen,
  • d’Unzéiungskraaft genausou gutt am stättesche Raum entstoe kann, wou vill kleng Butteker bäienee leien,
  • d’Unzéiungskraaft sech aus der Offer ergëtt,
  • d’Regierung aner, manner „incisiv“ Mëttelen huet, fir d’Verbreedung vum Virus am ëffentleche Raum anzedämmen (als Beispill gi genannt de „social distancing“, deen och bäi Verstouss ka bestrooft ginn, Mond-Nuesbedeckung etc.),
  • d’Reegeleung géif géint de Gläichheetsprinzip verstoussen.

Opgrond vun dësen Urteeler, wéilte mir folgend Froen un d’Regierung stellen:

  • A wéi fern loossen sech d’Urteeler aus Däitschland op de lëtzebuergesche Kontext iwwerdroen?
  • Kann d’Regierung ausschléissen, dass et zu Lëtzebuerg zu änlechen Urteeler komme kéint?
  • Wéi enge Krittären leien de lëtzebuergesche Restriktiounen zu Gronn? Ass d’Unzéiungskraaft vu grousse Shoppingzenteren net genee sou grouss, wéi d’Opmaache vu Buttéker am urbane Raum? Ass d’Regierung net der Meenung, dass dës Reegelung dem Gläichheetsprinzip zuwiderleeft? Wa jo, wéi gedenkt d’Regierung dëser Ongläichbehandlung entgéint ze wierken?
  • Deelt d’Regierung d’Opfaassung, dass et aner, manner „incisiv“ Mëttel gëtt fir d’Ausbreedung am ëffentleche Raum anzedämmen? Wéi eng Schlëss zitt d’Regierung aus dësem Constat?

Mir bieden Iech eisen déifsten Respekt entgéint ze huelen.

Léon Gloden

Deputéierten

Laurent Mosar

Deputéierten

Gilles Roth

Deputéierten

Huet d’Regierung konkret Richtlinnen, wat d’Sécherheetsmesure vun Architekten an Ingenieuren op de Chantieren ugeet ?

Monsieur le Président,

 

Nous avons l’honneur de vous informer que conformément à l’article 84 du Règlement de la Chambre des Députés, nous souhaiterions poser une question urgente à Monsieur le Ministre du Travail et de l’Emploi, à Monsieur le Ministre de l’Économie, à Monsieur le Ministre des Classes Moyennes et à Monsieur le Ministre de la Mobilité et des Travaux Publics au sujet des conditions de réouverture des chantiers.

La semaine dernière, le gouvernement a décidé d’autoriser la réouverture des chantiers à partir du 20 avril 2020.

Dans ce contexte, un règlement grand-ducal publié vendredi soir est venu préciser une série de mesures en matière de sécurité et santé au travail. Si ce règlement a e.a. précisé les obligations incombant aux employeurs, les responsabilités incombant aux architectes et ingénieurs n’ont pas été abordées. Or, ces derniers agissent en tant que conseiller indépendant du maître de l’ouvrage pour le bon déroulement de son projet et de médiateur de tous les acteurs concernés.

C’est ainsi que nous aimerions poser les questions suivantes :

  • Le gouvernement envisage-t-il d’approcher l’ordre des architectes et ingénieurs pour définir ensemble avec ce dernier des lignes de conduite à adopter, voire des hiérarchies de responsabilités et ce en fonction du type de chantier concerné ?

 

  • Messieurs les Ministres peuvent-ils nous informer sur l’impact de l’actuelle crise sur des contrats en cours et notamment sur les délais d’exécution convenus de part et d’autre ?

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

Françoise Hetto-Gaasch                      Claude Wiseler

Députée                                                    Député

Tenue d’un registre par l’Administration des Douanes et des Accises lors des contrôles effectués aux frontières de notre pays

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 84 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question urgente à Monsieur le Ministre des Finances concernant la tenue d’un registre par l’Administration des Douanes et des Accises lors des contrôles effectués aux frontières de notre pays.

D’après mes informations, il semble que lors des contrôles des frontières de notre pays dans le cadre de la lutte contre Covid-19, les douaniers luxembourgeois tiennent un registre des personnes franchissant la frontière avec inscription des noms, prénoms, plaque de la voiture et motifs du franchissement de la frontière.

Dans le cadre de ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre des Finances :

– Monsieur le Ministre peut-il confirmer les faits exposés ci-dessus ?

– Dans l’affirmative, Monsieur le Ministre peut-il m’indiquer de qui émane cette instruction ?

– Combien de personnes ont ainsi été enregistrées ?

– Quel est le but de cet enregistrement ?

– Toujours dans l’affirmative, Monsieur le Ministre considère-t-il que l’existence et la tenue d’un tel registre soient compatibles avec les principes et les règles relatifs à la protection des données personnelles ? Si oui, sur base de quelle disposition ?

– Au cas où le Ministre devait parvenir à la conclusion que la tenue du registre en question est illégale, donnera-t-il instruction de détruire tout de suite les données ainsi collectées ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député