Question parlementaire vum Léon Gloden iwert laang Wardezäiten fir e Rendez-vous am IRM

0-2013-leon_glodenMonsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, je souhaite poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Santé.

Il me revient qu’un médecin ayant demandé un rendez-vous urgent pour un patient au service IRM dans la ZithaKlinik a reçu un rendez-vous pour fin juillet 2016. Le patient ayant alors contacté le service IRM de la ZithaKlinik a eu comme réponse qu’au vu de l’urgence, le rendez-vous a été fixé au plus bref délai possible, sinon il aurait reçu un rendez-vous en octobre.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame le Ministre de la Santé :

  • Est-ce que Madame le Ministre considère que des rendez-vous en urgence qui sont fixés à presque deux mois répondent à l’urgence ?
  • En cas de réponse négative, qu’est-ce que Madame le Ministre entend-elle entreprendre pour que des rendez-vous puissent être fixés à une date plus rapprochée pour des patients nécessitant un examen en urgence à l’IRM ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Léon Gloden

Député

Question parlementaire vum Octavie Modert iwert déi historesch Gebeier zu Diekirch

0-2013-octavie_modertMonsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre de la Culture et à Monsieur le Ministre du Logement au sujet du jugement du tribunal administratif concernant le non classement d’immeubles historiques à Diekirch.

À Diekirch, cinq immeubles de style « néobaroque » appartenant à la Société Nationale des Habitations à Bon Marché, présentant un caractère « authentique et rare », ont été en raison de « leur intérêt histoire, architectural et esthétique » dignes de protection, suivant un avis de la Commission des Sites et monuments du 5 septembre 2012. Ces cinq immeubles formaient un ensemble architectural cohérent constituant des témoins rares de l’histoire de la construction de logements sociaux d’avant-guerre.

La Ministre de la Culture sortante, également Ministre du Logement, a décidé de ne conserver qu’un seul bâtiment historique, permettant ainsi l’autorisation de démolir les autres immeubles. Deux immeubles ont effectivement déjà été détruits entretemps.

Le 16 décembre dernier, la juridiction administrative a annulé la décision ministérielle pour cause d’absence de motivation. Dans son jugement, le tribunal administratif écrit en outre que « Etant donné qu’il se dégage des explications orales des parties à l’audience des plaidoiries que les immeubles non inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments nationaux ont entretemps été démolis, il n’y a pas lieu de renvoyer le dossier au ministre de la Culture. »

Au vu de ce qui précède, je me permets de poser les questions suivantes aux Ministres précités:

  • Monsieur le Ministre de la Culture connaît-il les raisons pour lesquelles l’ancienne Ministre n’avait pas motivé sa décision ?
  • Vu le jugement précité, le Gouvernement peut-il nous faire savoir de ce qu’il adviendra des immeubles qui n’ont pas encore été détruits, ainsi que des friches laissées par la démolition des deux autres immeubles ?
  • Quelles sont les raisons qui ont amené le Gouvernement à informer les juges que tous les immeubles non inscrits ont entretemps été démolis, alors que deux seulement d’entre eux l’ont été, suivant les informations qui ressortent du communiqué du Gouvernement du 5 janvier 2016 ? Monsieur le Ministre de la Culture n’estime-t-il pas qu’il s’agisse d’informations essentielles erronées ?
  • Quelles conclusions d’ordre plus général est-ce que le Gouvernement tire de cet échec en matière de politique de protection et de conservation du patrimoine?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Octavie Modert

Députée

Question parlementaire vum Octavie Modert iwert den neien GIE “Luxembourg for Tourism”

0-2013-octavie_modertMonsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, je voudrais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre et Madame la Secrétaire d’Etat à l’Economie.

En date du 27 novembre 2015, le Conseil de Gouvernement a approuvé la création du groupement d’intérêt économique (GIE) « Luxembourg for Tourism ». La nouvelle structure, réalisée sous forme d’un partenariat public-privé (PPP), remplacera à partir de cette année l’Office national du tourisme (ONT) et reprendra d’ailleurs aussi les employés de ce dernier. Selon les responsables, l’ONT, en tant qu’asbl, n’avait pas assez de souplesse d’organisation afin de pouvoir effectuer au mieux la promotion touristique du pays. Les acteurs privés n’y auraient notamment pas trouvé de représentation adéquate.

D’après les informations officielles, les membres constituants du nouveau GIE sont les suivants: l’État, représenté par le ministère de l’Economie, les offices régionaux du tourisme, la Ville de Luxembourg, la Chambre de commerce et le secteur privé ainsi que le secteur de l’hébergement. Le GIE sera administré par un conseil de gérance.

Au vu de ce qui précède, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Secrétaire d’Etat à l’Economie:

  • Quel est le poids de chacun des membres constituants ?
  • Quelle est la répartition des rôles et tâches des différents membres ?
  • Quelle est la participation financière des différents membres ?
  • De quelle manière est réglé le financement ?
  • Le GIE compte-t-il générer des revenus ? Si oui, quelle en serait l’affectation respectivement la répartition ?
  • Y aura-t-il une interaction avec d’autres clusters ? Dans l’affirmative, avec lesquels ?

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, aux assurances de ma considération parfaite.

Octavie Modert

Députée

Question parlementaire vun den Députéierten Françoise Hetto a Léon Gloden iwert d’Buslinn 500 Echternach – Ettelbrück

0-2013-francoise_hetto-gaasch 0-2013-leon_glodenHerr Präsident,

Gemäß Artikel 80 der Geschäftsordnung der Abgeordnetenkammer, bitten wir Sie, die vorliegende parlamentarische Anfrage an den Herrn Minister für nachhaltige Entwicklung und Infrastrukturen weiterzuleiten.

In den Sommermonaten und speziell während der Wochenenden, ist die Buslinie 500 Echternach-Ettelbrück oft hoffnungslos überfüllt. In der Tat ist diese Linie sehr beliebt bei etlichen Gästen der Campinganlagen entlang der Sauer. Dies führt dazu, dass die Busse nicht immer alle Gäste mitnehmen können und oft erst verspätet ankommen. Vor allem an Sonntagen kann dies dazu führen, dass Fahrgäste dann bis zu zwei Stunden auf den nächsten Bus warten müssen.

Die Buslinie 500 wird zudem von vielen Einwohnern des Flüchtlingszentrums Weilerbach, oft Familien mit Kinderwagen, genutzt, so dass die Busse schnell überfüllt sind.

In diesem Kontext möchten wir folgende Fragen an den Herrn Minister für nachhaltige Entwicklung und Infrastrukturen stellen:

  • Kann der Minister die oben genannten Informationen bestätigen?
  • Wohlwissend, dass besagte Buslinie in den Sommermonaten von vielen Touristen genutzt wird, erachtet der Minister es nicht als sinnvoll zumindest an den Wochenenden während der Sommerferien zusätzliche Fahrten einzuplanen?
  • Kann der Minister sich vorstellen für kommendes Jahr die notwendigen finanziellen Mittel zur Verfügung zu stellen?
  • Sollte dies nicht der Fall sein, wie gedenkt der Minister die besagten Transportprobleme in den Sommermonaten, die nicht gerade zum positiven Image des Landes bei den Touristen beitragen, zu beheben?
  • In Anbetracht der vielen Fahrgäste aus Weilerbach, wäre es nicht sinnvoll weitere Busse einzuplanen?

 

Es zeichnen hochachtungsvoll,

Françoise Hetto-Gaasch                                Léon Gloden

Abgeordnete                                                  Abgeordneter

 

Question parlementaire vum Octavie Modert iwwert en nei Gebai fir d’Nationalarchiv

0-2013-octavie_modertMonsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Culture et à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures au sujet d’un nouveau bâtiment pour les Archives nationales.

En été 2014, Madame la Ministre de la Culture avait annoncé que le projet de construction de nouvelles Archives nationales n’aurait plus lieu sur le terrain y destiné à Esch-Belval. Dans sa réponse à ma question parlementaire n°465 du 14 août 2014, Madame la Ministre de la Culture n’a cependant pas pu apporter d’indications quant à un nouveau projet de construction pour les Archives nationales. Désormais, avec la finalisation d’un avant-projet de loi sur l’archivage, la question du nouveau bâtiment et d’espaces supplémentaires doit refaire surface.

Dès lors, je me permets de poser les questions suivantes à Madame et Monsieur les Ministres:

  • Un nouveau lieu d’implantation pour les Archives nationales a-t-il déjà été trouvé, et où est-ce qu’il se situe ? Un terrain pour la construction du bâtiment y est-il déjà acquis par l’Etat ?
  • Dans l’affirmative, un échéancier approximatif peut-il être avancé pour la construction du bâtiment ?
  • Dans la négative, un retour au terrain et au projet disponibles à Esch-Belval pour la construction des Archives nationales ne serait-il pas préférable, permettant par ailleurs des économies de temps et de deniers publics ?
  • Quelles sont les raisons qui plaideraient contre l’implantation à Belval des nouvelles Archives nationales ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma parfaite considération.

Octavie Modert

Députée

Question parlementaire vum Léon Gloden iwert d’Aarbechten un der Autobunnsbréck um Potaschbierg

0-2013-leon_glodenMonsieur le Président

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre du Développement durable et des Infrastructures.

Depuis mai 2015, sans préjudice quant à la date exacte, des travaux ont lieu notamment sur le pont de l’autoroute A1 qui traverse la route nationale au Potaschberg à Grevenmacher. Lors du début des travaux, un panneau indiquait la fin de ces derniers pour le 31 juillet 2015. Ensuite le panneau a été enlevé sans qu’une nouvelle date de fin du chantier n’ait été communiquée. A cause de ce chantier, les automobilistes venant de Grevenmacher via le Potaschberg voulant emprunter l’autoroute A1 pour aller à Luxembourg-Ville, doivent passer par la rue de Flaxweiler pour accéder à l’autoroute à Flaxweiler. Ainsi le matin les automobilistes mettent au moins 20 minutes en plus pour seulement accéder à l’autoroute. S’y ajoutent les perturbations de trafic liées aux chantiers à l’entrée du Kirchberg, de sorte qu’aujourd’hui, pendant les heures de pointe, un automobiliste venant de Grevenmacher met au moins entre 1 heure et 1 ½ heures, pour arriver à son lieu de travail à Luxembourg-Ville.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes au Ministre du Développement durable et des Infrastructures :

  • Quand est-ce que les travaux au-dit pont seront finis?
  • Quelles sont les raisons pour lesquelles ledit chantier perdure?
  • Est-ce que pour ce type de chantier, les travaux ne devraient pas se dérouler 24 heures /24 pour que le chantier soit terminé le plus rapidement possible?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Léon Gloden

Député

Question parlementaire vum Françoise Hetto iwert d’Allocations familiales

0-2013-francoise_hetto-gaaschMonsieur le Président,

Par la présente, j’ai l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du Règlement de la Chambre des Députés, je souhaiterais poser une question parlementaire à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration au sujet du paiement d’allocations familiales.

Selon un article dans la presse du 19 octobre 2015, depuis la création du service de recouvrement de la Caisse Nationale des prestations familiales, le montant total des indus s’élève à 28 millions d’euro.

Dans ce contexte, j’aimerais poser les questions suivantes à Madame la Ministre de la Famille et de l’Intégration :

  • Quelles sont les causes de tels paiements indus ?
  • De quelles manières Madame la Ministre envisage-t-elle d’éviter, ou au moins de réduire, le paiement indu de prestations familiales ?

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

Françoise Hetto

Députée