Question parlementaire vun den CSV Ost-Deputéiert: Virwaat ass 2019 kee schoulfräien Dag fir d’Sprangprozessioun?

Monsieur le Président,

Nous avons l’honneur de vous informer que, conformément à l’article 80 du règlement de la Chambre des Députés, nous souhaitons poser une question parlementaire à Monsieur le Ministre de l’Education nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse.

Il s’avère que l’arrêté grand-ducal fixant les vacances scolaires pour l’année 2018/19 n’a plus prévu de jour férié pour le Mardi de la Pentecôte. En effet, les vacances de la Pentecôte sont fixées en 2019 du 25 mai au 2 juin. Le Lundi de la Pentecôte (10 juin) sera jour férié scolaire, mais pas le mardi, jour de la  procession dansante d’Echternach classée comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Elle réunit des participants qui ne sont pas tous pratiquants, ainsi que des gens qui s’y rendent parce que c’est la tradition dans leur famille ou leur village.

La décision de Monsieur le Ministre aura comme conséquence que le nombre des pèlerins luxembourgeois diminuera sensiblement et que beaucoup de sociétés de musique ne pourront plus réunir assez de musiciens et devront renoncer à leur participation étant donné que de nombreux étudiants font partie de ces groupes.

Selon des informations publiées dans la presse, les responsables communaux auraient signalé à Monsieur le Ministre que cette décision est contraire à la Convention de l’UNESCO du 17 octobre 2003 qui exige de l’État dans son article 11 qu’il prenne toutes les mesures pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel protégé par la Convention, dont notamment l’article 13 qui explique que « Chaque État partie s’efforce d’adopter les mesures juridiques, techniques, administratives et financières appropriées visant à garantir l’accès au patrimoine culturel immatériel tout en respectant les pratiques coutumières qui régissent l’accès à des aspects spécifiques de ce patrimoine. »

Au vu de ce qui précède, nous aimerions poser les questions suivantes à Monsieur le Ministre de l’Education nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse :

  • Quels sont les motifs de la décision de Monsieur le Ministre ?
  • Monsieur le Ministre n’estime-t-il pas que cette décision risque de mettre en péril cette tradition importante de la procession dansante ?

 

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre parfaite  considération.

 

Octavie Modert                    Léon Gloden                        Françoise Hetto-Gaasch

Députée                                 Député                                   Députée

 

Hannerloosst eng Äntwert

  • (gëtt net verëffentlecht)